On ne présente plus l’événement de l’année « Arcane  » ! Une série américaine produite par Riot Games prenant place dans l’univers du jeux vidéo « League of Legends. La société française Fortiche Production a encore réalisée un superbe travail. Nous sommes évidemment fier que des anciens élèves de l’école d’ animation 3D Studio Mercier aient participé à cette aventure avec notamment David Music qu’on retrouvera dans une interview exclusive autour des coulisses de cette aventure sur le blog de l école 3d .

Laura Lakatos , Eléonore Dartois, Thémis Vico Da Costa et Raphaël Gangnon, étudiants à l’école d’animation 3D et jeux vidéo intègrent en tant que stagiaires, la société de production Callicore.

leurs parcours au sein de l’école 3D et les compétences acquises durant leurs 3 années de formation permettent de démontrer leur savoir-faire en tant qu’animatrices et rigger. Souhaitons-leur que du fun !!!

Récemment diplômé de l école d’animation 3D Studio Mercier, Mathias développe son statut d’ auto-entrepreneur. Avec cette dernière Démo, il démontre toute ses capacités à réaliser un produit de sa conception jusqu’au rendu final. Contact :

Tel : 06 51 09 42 91. / herubel.mathias@gmail.com

Suite à son parcours à l’école d’animation et de jeux vidéo studio Mercier, Gabriel nous témoigne son expérience…

Quelle a été ton ta première mission quand tu as commencé à travailler ?

– J’ai commencé à travailler il y a maintenant 7 ans, après quelques mois de recherches j’ai trouvé une petite société de publicité, Bloody Bird. Quand j’ai été recruté, j’ai commencé avec un profil plus généraliste, ne pouvant pas faire confiance à 100% à une personne sortie d’école, j’ai débuté sur un projet « perso » de la boîte, où ils savaient que j’aurais du temps et que cela leur donnerait la possibilité de voir comment je m’en sortais. J’ai un peu tout fait : texture, lookDev, lighting, modélisation … Cette société a été un véritable tremplin pour moi et ça a été très formateur.

Bloody Bird

Quels étaient tes objectifs à l’époque ?

– Mes objectifs premiers étaient surtout de réussir à finir mes tâches dans le temps imparti ! Dans la publicité, on apprend vite à savoir ce que veut dire « deadline ». En second lieu je voulais m’améliorer dans un domaine plus précis, celui que je préférais pour par la suite être capable de postuler dans les plus grosses boîtes qui elles demandaient des profils plus spécialisés. Si je prends l’exemple de Framestore, il n’y a pas de profil généraliste, peut-être un ou deux et encore.

Framestore

Alors j’ai continué d’apprendre sur le lighting pour pouvoir rentrer dans l’une d’elles. Quelles étapes as-tu du franchir pour réussir à travailler dans une entreprise comme Framestore ? – Quand j’ai commencé, je pensais déjà à des sociétés comme Framestore, Cinesite, ILM, Disney ou encore MPC. Je voulais avant tout gagner de l’expérience et une fois celle-ci acquise, j’ai donc postulé chez eux par chance et s’en est suivi une entrevue. C’est là que j’ai su qu’il fallait que je fasse la meilleure bande demo possible car je n’allais pas avoir de seconde chance. J’avais accumulé beaucoup de travail durant ces quatre années chez Bloody Bird, j’avais du choix et je n’avais plus qu’à me vendre à mes recruteurs !

Quels sont tes domaines de spécialité en tant que graphiste ?

– À titre personnel, j’ai toujours été plus attiré par le côté lighting du métier, mettre en valeur un modèle ou encore sublimer le travail des autres artistes est vraiment gratifiant. Je pense qu’un lighting réussi contribue énormément à la qualité finale d’un projet et cela contribue à réduire la quantité de travail des compositeurs !

Quel projet t’a le plus marqué ??

– Sans hésiter Deadpool 2. Si on m’avait dit que je travaillerais sur des pubs et qu’un jour j’aurais la chance de travailler sur un film de Marvel, jamais je ne l’aurais cru ! Pouvoir manipuler les assets, pouvoir voir chaque élément d’un aussi gros film, je peux dire que ça a été un vrai plaisir, même lors des longues soirées d’overtime.

Framestore

As-tu des conseils à donner à des jeunes graphistes ?

– Dans ce milieu je pense qu’il est important de savoir vers quelle spécialité et quel domaine pub ou film on veut se tourner. Une fois défini, il faut rester focus dessus et s’entraîner, ne pas avoir peur de commencer dans des petites structures car c’est là qu’on apprend le plus ! Dernier conseil, garder de bons contacts avec vos voisins et voisines d’école et bien apprendre l’anglais !

Framestore